Vers une nouvelle génération de machines et systèmes mécatroniques

Faire en sorte que les machines et systèmes mécatroniques deviennent à la fois plus performants et plus économes en énergie… Très bien, mais dites-moi : on fait comment ? Le 3 mars 2015, Sirris et Flanders Make présentent les résultats du Projet Ecomechatronics, dans le cadre duquel une cinquantaine d’entreprises ont été épaulées dans leurs efforts de développement d’une nouvelle génération de produits.

Si dans les projets de développement de machines et systèmes mécatroniques l’amélioration des performances reste le premier objectif assigné, on constate néanmoins une multiplication d’autres exigences pour ce type de produits, en termes de réduction de la consommation en énergie, réduction de la consommation en matériau, réduction des émissions, des nuisances sonores et des vibrations. Ces exigences résultent des diverses réglementations et des spécifications prescrites par les clients-utilisateurs des machines. Pour les constructeurs de machines et les fabricants de systèmes ou de composants mécatroniques il s’agit d’une opportunité, d’une incitation à développer une nouvelle génération de machines plus performantes, plus “éco-énergétiques”, et à faible bruit et vibrations.

Mais, dans la pratique, comment se mettre à la besogne sans se prendre les pieds dans le tapis ? Et - au fait - quel est le potentiel d’amélioration pour les machines actuelles ? 

Toujours plus de nouvelles technologies relevant de la mécatronique sont disponibles pour rendre les systèmes plus performants, plus économes en énergie et plus silencieuses. Moteurs électriques désormais beaucoup moins gourmands en énergie, technologie de stockage de l’énergie (batteries plus efficaces, supercondensateurs, …), commandes de machines industrielles plus évoluées, composants de machines plus silencieux,… Toutefois, pour évaluer le réel potentiel de ces technologies, il faut d’abord préciser les prestations des machines actuelles et faire des mesures. Il n’est pas rare, en effet, que les machines ne soient pas toujours exploitées à la charge nominale prévue dans la phase de conception.

Quelles nouvelles technologies sont applicables et, surtout, comment faire pour les intégrer dans le concept ? 

Dans toute conception mécatronique, tenir compte en même temps des différents objectifs assignés au concept, par exemple, les objectifs au plan des performances, de la consommation en énergie et de la réduction des nuisances, est un réel défi. Appliquer les méthodes de conception adéquates permet de faciliter la procédure. Pas seulement pour aboutir finalement à des produits améliorés, mais probablement aussi pour réduire le temps et les coûts de développement. Un concept basé sur un modèle permet d’évaluer (par simulations) les prestations des machines, ce qui permettra de limiter le nombre des prototypes à construire.

Ecomechatronics : vers une nouvelle génération de machines et systèmes mécatroniques

Au cours de ces quatre dernières années, Sirris et Flanders Make (précédemment FMTC) ont aidé une cinquantaine de PME à relever pareils défis, cela dans le cadre du projet Ecomechatronics. Les résultats sont présentés le 3 mars 2015 à Gand lors d’un séminaire de conclusion auquel est invité un large groupe-cible, qui réunit à la fois les constructeurs de machine, les fabricants d’installations de production et les fabricants de composants mécatroniques.

Voilà quelque chose qui peut vous intéresser ? Pour plus d’informations sur ce séminaire et sur la possibilité de s’inscrire : http://www.flandersmake.be.

Pour plus d’informations sur le projet Ecomechatronics et les exemples de cas industriels : http://www.sirris.be/fr/expertise/ecomechatronique