Sirris aide les hôpitaux à recycler les biberons

Dans les cliniques et hôpitaux de Belgique, selon les estimations, on jette à la poubelle chaque année quelque 10 millions de mini bouteilles ayant servi à contenir des aliments pour nourrissons – soit l’équivalent de 410 tonnes de plastique de grande qualité. C’est pourquoi un projet pilote est en cours dans les cliniques universitaires de Louvain, en vue du recyclage de ces récipients à usage unique. Sirris participe également à ce projet.

Dans l’état actuel des choses, les petites bouteilles en plastique stérile destinées à l’alimentation des nourrissons sont jetées après utilisation. Proposer une solution plus durable devrait être possible, c’est pourquoi Sirris a mis en place un projet pilote dénommé 'Baby Bottle Reborn', visant le recyclage de ce flux considérable de matériau, et cela avec l’appui du “Fonds Duurzaam Materialen- en Energiebeheer”, et la participation des principaux intervenants dans les différents domaines concernés, au plan technique, logistique, social et juridique. Le projet consiste à mettre en évidence, sous forme graphique, les obstacles à la récupération de ces matériaux et d’élaborer un plan d’action sur cette base.

Les autres “stakeholders” de ce projet (c.-à-d. les interlocuteurs concernés par cette problématique) sont, entre autres, les entreprises de gestion des déchets, leurs partenaires en logistique et les fabricants d’objets du même genre, c’est-à-dire les produits “jetables”. Pour permettre le recyclage de ce flux de matériau, il faut miser sur la participation de tous les intervenants dans la chaîne des matériaux, et montrer les avantages qui en résultent pour chacun.

D’entrée de jeu, il s’est avéré que le recyclage du matériau des biberons s’inscrit dans un parcours beaucoup plus complexe que prévu initialement : il a fallu d’abord commencer par supprimer, l’un après l’autre, tous les obstacles en termes de réglementation, logistique, organisation et procédés de retraitement.

Le projet est à présent en voie d’achèvement. Lorsque cette phase exploratoire sera terminée, la méthodologie et les résultats pourront servir à la mise en place de projets comparables dans toute la Belgique. Le mode de partenariat et le type d’approche seront également utilisables pour gérer les autres flux de matériaux dans le secteur des soins de santé.

Pour le récit dans son intégralité, cliquez ici (en néerlandais).