De nouvelles tendances, comme la construction circulaire ou la construction écologique, ont fait en sorte que de nouveaux matériaux trouvent leur voie dans le secteur de la construction. L'utilisation de matières premières renouvelables et de matériaux de construction à base bio y est étroitement liée. Aperçu de la situation avec quelques exemples de matériaux et d'initiatives.

On se demande parfois dans quelle mesure le refroidissement cryogénique est respectueux de l'environnement. Les gaz utilisés sont en effet un consommable, contrairement aux autres réfrigérants qui peuvent être réutilisés. Le traitement cryogénique offre bel et bien des avantages environnementaux intéressants. L'impact environnemental de l'ensemble du processus de refroidissement cryogénique est beaucoup plus faible que celui du refroidissement conventionnel.

La problématique des particules fines est d’une grande actualité, en partie suite à l'introduction de zones de basses émissions dans certaines villes. L'origine des particules fines est complexe. Si les poêles à bois et à charbon émettent de fines particules de suie, le transport en voiture et en bus, en forte augmentation, est lui aussi responsable d’une pollution considérable dans les villes.

Un nouveau revêtement à base d'huile de colza peut offrir une protection temporaire contre la corrosion dans des conditions maritimes extrêmes ou en cas d’humidité élevée.

La pression sur les produits d'origine fossile augmente. Si les alternatives biologiques gagnent en importance, il reste du pain sur la planche. Il en va de même dans le secteur des revêtements. Au début de cette année, nous avons lancé le projet « Revêtements à base de bio-composants : une opportunité pour une entreprise et un monde durables ».

Décideurs, entreprises, ONG... dans la société, la nécessité de fermer les circuits matériels et de miser sur la prolongation de la durée de vie, la réutilisation, le partage, etc. fait pratiquement l’unanimité. La Journée de l’économie circulaire a permis de rappeler que l’industrie a un rôle essentiel à jouer dans ce contexte. Interface a décidé de relever le défi.

Worldline, leader européen des paiements et des services transactionnels, mais aussi important fabricant de terminaux de paiement, a décidé de réduire son impact sur l’environnement en repensant ses processus et produits. L’entreprise a travaillé avec Sirris et Agoria pour réduire ses coûts et son impact écologique en mettant en place un processus d’amélioration continue en phase avec l’ambitieuse politique RSE du groupe Worldline (formalisée dans son programme Trust 2020).

Vaude, un fabricant allemand de chaussures robustes, a repensé toute sa collection été 2018 et réduit ainsi l’empreinte de ses produits. Pour ce faire, Vaude a notamment opté pour des matériaux (plus) durables et des technologies novatrices comme une tige sans couture.

Les stocks de matières premières s’épuisent, les prix augmentent... les chiffres démontrent clairement la nécessité d’une économie circulaire. Toutefois, ce changement va aussi de pair avec quelques opportunités intéressantes.

Sirris est actif dans le développement de nouveaux produits pour les entreprises et start-up.