L’OWI-Lab démontre l’importance des tests en conditions climatiques froides

Dans le cadre de l’événement « Optimising Wind Farms In Cold Climates » qui s’est déroulé les 17 et 18 octobre à Anvers, l’OWI-Lab a accueilli une délégation de l’industrie éolienne. L'événement était consacré aux complexités commerciales et techniques qui peuvent nuire au fonctionnement des parcs éoliens. Ce dernier aspect a pu être démontré à la perfection dans la chambre climatique de l’OWI-Lab.

L’industrie éolienne évolue dans deux grandes directions : de nouvelles éoliennes de plus grandes tailles, dotées de nouvelles technologies, et de nouveaux marchés plus extrêmes. Ces tendances impliquent que les éoliennes et leurs composants doivent être conçus, produits et testés dans toutes les conditions possibles. Elles pourront ainsi répondre aux exigences de performances et de fiabilité pendant toute leur durée de vie, qui est généralement de vingt ans.

Les éoliennes sont de plus en plus souvent confrontées à des conditions glaciales qui se rencontrent dans de nombreuses régions du globe. Parfois, les éoliennes doivent être déconnectées et redémarrées dans de telles conditions climatiques. Il est donc essentiel de tester des composants spécifiques lors d’un démarrage à froid.

Transformateurs

Les transformateurs dans les éoliennes multi-mégawatts sont des composants critiques, tout comme le multiplicateur, le générateur et le convertisseur. Le transformateur est l’un des principaux composants à recevoir en premier le courant électrique. Au cours de tests dans une chambre climatique, le transformateur peut être exposé à des températures extrêmes, ainsi qu’à la pression et aux tensions thermomécaniques connexes qui se rencontrent dans les conditions froides. La chambre climatique est en effet une salle de test où l’on peut appliquer des conditions climatiques dans un environnement contrôlé.

Le programme de test de la chambre climatique de l’OWI-Lab permet de vérifier si les transformateurs, dans de telles conditions, peuvent être connectés au réseau haute tension. Il est aussi possible de déterminer si le système d’isolation électrique et les matériaux employés conviennent aux spécifications de température concernées. Enfin, le programme de test peut montrer à quelle vitesse le courant peut être accru dans un scénario de démarrage à froid et vérifier si l’éolienne est en mesure d’être portée à pleine puissance en quatre heures.

Tests en conditions réalistes

Pour obtenir des informations détaillées et une preuve de la fiabilité des prototypes, un prototype de transformateur va être installé dans ces mêmes conditions difficiles (jusqu’à -40 °C, voire moins), mais dans une chambre climatique telle que celle de l’OWI-Lab à Anvers. Dans l’installation de test de l’OWI-Lab, outre les tests en conditions climatiques, il est aussi possible d’appliquer les tensions et les courants requis pour ces applications, de façon à réaliser un test intégral du système, comme si le transformateur d’éolienne se trouvait au Canada ou en Scandinavie.

Une délégation de fabricants, de propriétaires et de prestataires de services de l’industrie éolienne a récemment pu assister à une telle campagne de test à basses températures à l’OWI-Lab, dans le cadre de l’événement « Optimising Wind Farms In Cold Climates ». Les observateurs ont ainsi pu constater l’effet de basses températures et du verglas sur les principaux composants. Outre le transformateur d’éolienne, des échantillons de revêtements antigel et de détection de glace sur des pales de petite taille ont également été testés.

« Le test des performances de composants dans des conditions extrêmes est une étape essentielle sur la voie de la globalisation de la prochaine génération d’éoliennes de façon durable et fiable » conclut Jan Declercq, chef du département R&D chez le fournisseur de transformateurs SGB-SMIT.

(Source : Windpower Monthly)