Aller au contenu principal

Quand le plastique et le composite se marient

Les plastiques hybrides remplacent de plus en plus avantageusement les matériaux traditionnels. Les nouvelles générations de composites thermoplastiques par ex. sont particulièrement prometteuses sur le plan de l’écologie et de la productivité. Sirris intègre et développe de nouveaux procédés pour les mettre en œuvre.

Les plastiques hybrides (association de composites thermoplastiques avec plastique injecté) permettent de développer des solutions plus écologiques (recyclables) et économiques (productivité élevée) dans tous les domaines – à commencer par le secteur automobile, très intéressé par ces deux caractéristiques.

« Parce qu’ils peuvent être soudés et recyclés, les plastiques hybrides connaissent une véritable explosion depuis quatre ou cinq ans. Et il reste beaucoup de potentiel à explorer dans ces nouveaux matériaux. »

Projets en 2015

  • CILAB: subsidié par le Fonds européen de développement régional (Feder), le projet CILAB a commencé en 2008 et s’est clôturé en 2015. Il a comporté 3 volets chez Sirris : 
     

Plastiques hybrides : Sirris a développé un outillage et un procédé en deux étapes pour produire des pièces tridimensionnelles complexes et performantes associant composite thermoplastique et plastique injecté traditionnel. Le composite thermoplastique est mis à forme au moyen d’un outillage et d’un procédé spécifiques. La préforme ainsi réalisée est ensuite surmoulée pour lui adjoindre des détails géométriques plus complexes (renforts, charnières,…) ainsi qu’une finition net-shape.

Structures creuses : Sirris a mis au point un procédé pour créer des structures creuses au départ de préformes thermoplastiques constituées de fibres tressées. Selon l’application visée, la tresse est expansée ou comprimée pour prendre la forme requise. La forme ainsi créée peut ensuite recevoir des détails supplémentaires par injection.

Contrôle non destructif : Sirris a amélioré une technique existante de contrôle des pièces plastiques par thermografie infrarouge. Pour vérifier que les pièces ne contiennent pas de défaut, la technique traditionnelle consiste à les exposer à des spots (sources de chaleur) puis à vérifier au moyen d’une caméra infrarouge si la chaleur s’y propage uniformément. Sirris a remplacé les spots ponctuels par une ligne de radiants qui se déplace le long des pièces à contrôler, assurant ainsi un apport de chaleur plus homogène et donc un résultat de meilleure qualité.
 

Sur quels projets travaillons nous aujourd'hui ?

  • Petcomp fait partie des projets Cwality financés par la Région Wallonne, associant un centre de recherche et une entreprise. Il porte sur le développement d’un matériau sandwich innovant : un panneau de mousse PET recouvert des deux côtés d’une peau thermoplastique renforcée augmentant significativement sa résistance mécanique, et qui pourra être mis en forme une seule opération. Cette solution remplacera avantageusement les options actuelles consistant à mettre les composants en forme séparément puis à les assembler par collage.
     
  • Macobio : (projet Feder) recherche sur les composites thermoplastiques composés de matériaux biosourcés (plus d'info sur la page des composites).
     
  • Tailcomp: (projet Cornet) recherche sur le procédé de mise en forme de composites thermoplastiques (plus d'info sur la page des composites).